Point marché : les obligations coronavirus

Comment faire face aux retombées sociales et économiques de l’épidémie de COVID-19 ? Les investisseurs se tournent de plus en plus vers les obligations coronavirus. Décryptage.

Ces dernières semaines, le marché a connu une forte augmentation du nombre d'émetteurs publics et privés ayant accédé au marché des obligations durables en vue de lever des fonds pour faire face aux retombées sociales et économiques de l’épidémie de COVID-19. Les émissions ont suivi la trajectoire géographique ainsi que la vitesse de propagation du virus. 

QU’EST-CE QU’UNE OBLIGATION CORONAVIRUS ?

CoronavirusUne obligation coronavirus est un titre dont les fonds collectés servent à financer la lutte contre l'épidémie actuelle de COVID-19 et contribuent à atténuer les répercussions sociales et économiques de la pandémie. 

Les obligations coronavirus offrent un vaste éventail d’applications possibles dans divers domaines : le secteur de la santé, la chaîne d'approvisionnement pour la sécurité alimentaire, l'accès aux infrastructures et aux services de base, ainsi que le maintien de l'emploi, et le niveau économique de la société. 

Les émetteurs SSA financent les infrastructures de santé et le soutien économique aux populations vulnérables, en particulier dans les pays en développement. Certaines entreprises fournissent des services essentiels et des produits dédiés aux soins intensifs. Et les institutions financières soulignent ainsi leur volonté de soutenir les PME.

Un grand nombre de ces transactions sont structurées sous forme d’obligations sociales. En effet, les 4 composantes principales des Principes applicables aux obligations sociales (Social Bond Principles – SBP) assurent un niveau de transparence adéquat pour les investisseurs. L'émetteur annonce comment il compte allouer les fonds et s'engage à publier un rapport dans l'année qui suit l'émission portant sur l'allocation réelle et son résultat social positif attendu.

QU’INDIQUE L’EXPANSION DE CE TYPE D’OBLIGATION ?

Coronavirus bonds

Les obligations coronavirus se révèlent être une opportunité de communiquer efficacement sur les mesures de crise et les besoins de financement en cas de pandémie, tout en s'engageant de manière proactive auprès de la communauté des investisseurs :

  • Ces émissions témoignent du sens des responsabilités dont les institutions font preuve et leur capacité à apporter une réponse rapide et efficace.
  • Au-delà du sous-ensemble des investisseurs ESG / ISR* qui investissent traditionnellement dans les obligations sociales, la communauté mondiale, motivée par la situation et son caractère d’urgence, des investisseurs répond également présente. Dans ce contexte, les marchés de capitaux reconnaissent fermement la nécessité de telles émissions.
  • Pour les émetteurs ayant utilisé leur cadre d’émission d’obligations sociales, aligné sur les SBP et s’étant engagés à rendre compte de leur impact, nous avons observé un carnet d'ordres particulièrement important et granulaire, avec des ordres supplémentaires provenant d’investisseurs privilégiant les obligations vertes et sociales aux États-Unis, en Europe et au Japon en particulier. Cependant, étant donné le besoin urgent de déployer rapidement les fonds, le développement d'un cadre d’émission d’obligations sociales et l'obtention d'un avis externe peuvent intervenir en post-trade

 

*ESG : Environnemental, Social et de Gouvernance
ISR : Investissement socialement responsable

LES OBLIGATIONS CORONAVIRUS RÉALISÉES PAR CRÉDIT AGRICOLE CIB

Obligation d’inclusion sociale en réponse à la COVID-19 émise le 2 avril par la Banque de développement du Conseil de l'Europe (CEB) – 1 Md EUR, avril 2027

La CEB s’étant engagée à soutenir les pays membres touchés par la pandémie de COVID-19, elle compte allouer un montant équivalent aux fonds collectés aux prêts à caractère social éligibles, notamment en soutien aux MPME, conformément au Cadre des obligations d’inclusion sociale. L'éligibilité aux obligations d’inclusion sociale sera également étendue pour inclure des projets liés à la santé.

La CEB est déterminée à fournir un financement souple et rapide à ses pays membres en réponse à l'épidémie de COVID-19. La Banque a adapté sa Public Finance Facility (PFF), un instrument de financement destiné aux partenaires du secteur public au niveau national et infranational, et couvrant : l'acquisition, dans le cadre de procédures d'urgence, d'équipements médicaux et de matériel consommable ; la réhabilitation et la transformation des espaces et des unités médicales ; et la mobilisation d'expertise supplémentaire.

Crédit Agricole CIB est intervenu en tant que teneur de livres associé.

Obligation de développement durable émise le 27 mars par la Banque interaméricaine de développement (IADB) – 2 Mds USD, 5 ans

Cette émission, qui s’appuie sur le Cadre des obligations de développement durable de la Banque interaméricaine de développement (IADB), fait suite à une récente annonce de l’IADB, qui, dans le cadre de ses efforts coordonnés pour lutter contre l'épidémie de COVID-19, a déclaré pouvoir mobiliser 2 milliards de dollars de ressources pour les pays demandant un soutien en matière de contrôle des maladies, de tests et de services de santé publique.

L’IADB est activement engagée auprès des pays membres et d'autres institutions internationales, et est prête à aider les pays d'Amérique latine et des Caraïbes à faire face aux difficultés liées à la pandémie. 

Crédit Agricole CIB a agi en qualité de teneur de livres associé.

Obligation sociale de lutte contre la COVID-19 émise le 26 mars par la Banque africaine de développement (AfDB) – 3 Mds USD, 3 ans

L’AfDB a émis 3 milliards de dollars d’obligations sociales de lutte contre la COVID-19, basées sur son Programme d’obligations sociales, assorties d’une maturité de 3 ans et visant à atténuer l'impact économique et social de la pandémie sur les moyens de subsistance et les économies africaines. Il s'agit de l’émission d’obligations sociales la plus importante du marché à ce jour ainsi que de la plus importante émission de référence en dollars américains pour l’AfDB.

La transaction a bénéficié d'un très fort soutien de la part d'investisseurs socialement responsables ayant des portefeuilles dédiés, ainsi que de ceux qui intègrent des considérations environnementales, sociales et de gouvernance dans leurs stratégies d'investissement. 

Crédit Agricole CIB est intervenu en tant que teneur de livres associé.

Obligation sociale émise le 11 mars par l’IFC –  1 Md USD, 3 ans

Le 11 mars, malgré des marchés très volatils, l’IFC a procédé avec succès à sa plus importante émission d’obligations sociales – transaction de 1 milliard de dollars (« no grow ») pour une durée de 3 ans, exemptée d’enregistrement auprès de la SEC.

La transaction a été effectuée peu après que l’IFC, la plus grande institution financière de développement soutenant le secteur privé sur les marchés émergents, a annoncé la création d’un package de 6 milliards de dollars en soutien aux pays touchés par l'épidémie mondiale de COVID-19. Elle entre dans le cadre de son Programme d’émission d’obligations sociales et les fonds collectés serviront à soutenir les entreprises des marchés émergents dont les activités ont été mises à mal par le coronavirus.

Crédit Agricole CIB est intervenu en tant que teneur de livres associé.

Obligation sociale émise le 27 février par la succursale de Macao de Bank of China – 4 Mds HKD, mars 2022

Le 27 février, la succursale de Macao de Bank of China a procédé à une émission d’obligations sociales à hauteur de 5 milliards MOP. Il s’agit de la première émission internationale d'obligations sociales dont les fonds sont explicitement dédiés à la lutte contre le coronavirus.

Les produits ont servi à financer son programme de prêts visant à aider les PME locales pénalisées par l'épidémie. Cette transaction était non seulement la première liée à la pandémie de COVID-19, mais aussi la toute première émission chinoise d’obligations sociales sur le marché international

Crédit Agricole CIB est intervenu en tant que co-teneur de livres et co-chef de file.