MediaRoom

MediaRoom

Close

09.06.2009 / BANQUE PRIVÉE INTERNATIONALE


Banque Privée Internationale, une approche pondérée et respectueuse des intérêts du client

Interview de Jean-François Abadie, Directeur Banque Privée Internationale du Groupe Crédit Agricole S.A.


Quelle est la stratégie du Groupe Crédit Agricole en banque privée ?

Le Groupe Crédit Agricole s’appuie avant tout sur ses points forts. Ce sont la stabilité et la  solidité du Groupe, avantages concurrentiels majeurs dans la période que nous vivons.  L’organisation de notre réseau de banques privées, sous la marque globale Crédit Agricole Private Bank, propose une gamme de produits et de services large, adaptable au gré des évolutions des attentes des clients, ainsi qu’une offre multiplace, atout potentiellement  différenciant. Cette organisation décentralisée bénéficie des performances S2i, notre plate-forme informatique et back office. Au-delà de ces savoir-faire qui guident nos orientations, notre organisation en réseau des banques privées du Groupe permet de partager l’ensemble  des approches stratégiques que sont le marketing, l’offre produits, les principes d’allocation d’actifs et la conformité.


La crise a-t-elle un impact sur ces orientations ?

La crise conforte la volonté de prudence qui a guidé nos décisions et les conseils d’investissement prodigués à nos clients ces dernières années. Nous subissons certaines des évolutions des marchés mais nous avons su y faire face grâce à l’approche pondérée et  respectueuse des intérêts des clients. Les préoccupations de la crise sont partagées en ce  moment par toutes les banques privées du monde, mais selon des degrés d’intensité fort variables. La crise recèle de véritables opportunités et aura des impacts majeurs sur notre clientèle et notre organisation. Les banques privées du Crédit Agricole ont des atouts individuels et collectifs pour sortir plus fortes de la crise.


Certaines régions en développement sont-elles prioritaires ?

Oui, l’Europe, l’Asie et l’Amérique latine sont les grandes zones qui nous paraissent les plus  adaptées pour renforcer notre modèle de développement. En termes d’offre produits, nous souhaitons également développer la gestion discrétionnaire et l’offre multiplace.


Quelles sont vos perspectives pour la suite de l'année 2009 ?

L’année 2009 est une année difficile en raison de l’aggravation de la crise économique et financière et de ses conséquences sur le comportement des clients privés ainsi que sur la qualité des risques ; sur la base de notre track-record, ces éléments doivent en contrepartie renforcer le positionnement concurrentiel de nos implantations.



Jean-François Abadie, Directeur Banque Privée Internationale du Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-François Abadie, Directeur Banque Privée Internationale du Groupe Crédit Agricole S.A.